DU DÉCOURAGEMENT À LA MOTIVATION : L’ACCOMPAGNEMENT INMEOUT, POUR ÉVOLUER EN DOUCEUR



En tant que femmes, nous traversons toutes, au cours de notre vie, des phases de transition. Certaines peuvent être vécues avec joie sans provoquer de bouleversements, d’autres déstabilisent et il n’est pas rare que de ces passages obligés naissent des tremblements intérieurs et extérieurs intenses.


De quelles phases parlons-nous ? Il en existe des dizaines : dans nos vies personnelles — une maternité, un mariage, un divorce, une rupture, la retraite, la ménopause —, mais également dans nos vies professionnelles – une promotion, une reconversion, un licenciement, une expatriation… Ce qui n’est pas toujours dit, ni d’ailleurs compris ou pris en compte, c’est qu’un moment de vie même heureux peut représenter un déséquilibre profond qui nécessite, le plus souvent, une transformation. Or, un déséquilibre peut conduire, s’il n’est ni résorbé ni transcendé, à une perte de repères et à un sentiment de découragement face à l’épreuve que représente un changement ou une perspective de changement.


Grâce aux accompagnements complets que propose Amélie Latournald, InMeOut vous aide à convertir ces phases de bouleversements en transformations salvatrices, pour évoluer en douceur. Mais avant de prendre une quelconque décision, l’Agence vous délivre ici quelques points clés pour comprendre et traverser ces instants de vie importants avec sérénité.



Le cercle infernal du découragement :

ne pas se jeter la pierre


Le découragement est littéralement une perte de courage. C’est une sorte d’apathie vous menant à faire fi de tout sentiment pour trouver refuge, en quelque sorte, dans l’œil du cyclone, c’est-à-dire dans un espace à l’écart de toute action et évolution, abritant manque de motivation et manque de volonté.





Ce découragement, ce manque de motivation est une sonnette d’alarme. Se sentir découragée durablement, c’est déjà se trouver sur une pente dangereuse, ardue à remonter seule. Si la déprime de longue durée n’est pas nécessairement synonyme de dépression sérieuse, elle n’est pas non plus à prendre à la légère. Ainsi, plus tôt et mieux vous mesurez la pente, plus il sera facile de changer de route.


Arrêtons-nous ici une seconde. Sonnette d’alarme, oui, raison de se flageller : non. Ne vous jetez surtout pas la pierre. Le découragement est un cercle vicieux qui touche autant l’équilibre psychologique que physique. Alors, que la source de ce découragement soit interne ou externe, morale ou corporelle, le résultat est le même. Parce qu’on est découragée, on cesse de s’occuper de soi, et parce qu’on cesse de s’occuper de soi, on se décourage… Et, parce qu’on arrête de s’occuper de soi et que l’on se décourage, on est paralysée. Dans l’incapacité de trouver des leviers d'évolution.



S’interroger pour un diagnostic objectif :

comprendre ses mécanismes pour trouver des solutions motivantes


On peut perdre courage et motivation à la vue de son nouveau-né qui pleure sans trouver le moyen de le consoler, on peut perdre courage et motivation face à un challenge professionnel qu’on souhaitait de tout cœur et qui tout à coup nous fait peur, on peut perdre courage et motivation à l’arrivée d’un nouvel âge qui marque la vie et le temps qui passe sans vraiment savoir comment retrouver l’envie, on peut perdre courage et motivation après une prise de poids… Le découragement, c’est aussi celui de ne pas savoir quelle porte ouvrir pour un changement de cadre, de métier, de statut. C’est croire que l’on sera cantonnée au même poste toute notre vie sans savoir quel premier pas opérer pour évoluer.


Alors, certes, les facteurs externes sont nombreux. 2020 lui-même en est un. Mais 2020 est passé. Considérons 2021 comme un temps de renouveau. Peu importe que les planètes soient alignées ou non, vous vous devez de vous diagnostiquer. Vous avez besoin de vous comprendre, non pas de vous juger. Vous avez besoin de repérer les mécanismes qui font de vous celle que vous êtes aujourd’hui, les mécanismes qui peuvent perdurer pour vous faire avancer et ceux qui détruisent votre potentiel et votre existant.


Vais-je bien ? Si oui, comment puis-je continuer à l’être, quels sont les facteurs qui me font aller bien, physiquement et moralement ? Quels sont ceux, au contraire, qui ont tendance à me mener rapidement vers le découragement ? Comment les neutraliser avant qu’ils surviennent ?




Vais-je bien ? Moyen. Comment faire pour "repartir du bon pied" — comme dirait nos mères —, pour créer moi-même un cercle bienveillant et vertueux ? Quelles sont les mesures à portée de main, quelles sont les premières décisions à prendre ?


À cette dernière question, ne cherchez pas, on a la réponse. La première décision : vous occuper de vous.

Vous asseoir, respirer. Fermer les yeux, les rouvrir. Et décider de vous occuper de vous, avant tout, simplement.


S’écouter pour évoluer :

voir le verre tel qu’il est


Mais m’occuper de moi, ça veut dire quoi, au juste ?


Prendre du temps pour vous, pour lire, pour faire de la cuisine si vous aimez ça (certain.e.s disent que cuisiner, c’est comme méditer…), pour recommencer à faire du sport avec une amie ou votre partenaire, pour voyager par procuration avant de trouver votre prochaine destination… S'occuper de soi, c'est prendre le temps de rebooter la machine.


Il s’agit de vous écouter pour savoir où vous en êtes, dans un premier temps, et pour savoir ce que vous désirez vraiment, ensuite. Il s’agit de regarder le verre sans le juger, seulement de jauger son niveau. Regardez le verre à travers vos yeux, et non ceux des autres : est-ce le bon verre ? Est-ce la bonne boisson à l’intérieur ?

Est-ce que j’ai soif ?




Vous vous sentez déjà mieux (pas après cet énorme verre de vin, mais après avoir fais une pause réflexive) ?

Oui ? Continuez sur votre lancée. La clé de la motivation, c’est la décision. Décider d’être motivée. Décider de s’arrêter pour observer et faire le point. Décider de changer un grain dans la machine pour qu’elle recommence à fonctionner.


Vous vous sentez déjà mieux ? Non… Parfois, des décisions simples en apparence demandent un peu plus qu’un pas en avant : un pas sur le côté. Prendre de la distance et accepter de se faire aider, c’est aussi vouloir aller mieux, vouloir sortir d’un découragement constant, sourd et silencieux.


Se faire aider :

du mal-être au mieux-être : se transformer en douceur


On la connait toutes, la maxime « Aide-toi et le Ciel t’aidera ». Elle est pratique pour transmettre certains messages de responsabilisation et de proactivité. Mais elle n’est pas toujours pertinente et peut faire quelquefois plus de mal que de bien. Envisageons-la de la manière la plus bienveillante possible. S’aider, c’est aussi comprendre qu’il est important de se faire aider. Et se faire aider, c’est un énorme pas vers le mieux-être.


Se faire aider, c’est non seulement accepter que parfois, faire les choses seule est trop pesant, mais c’est également s’aimer suffisamment pour admettre que la situation ne peut plus durer. Et que quelqu’un de bienveillant et d’extérieur pourra aligner les pierres qui sont pour l’instant trop éparpillées pour être dans notre champ de vision.


Se faire aider, c’est aussi très efficace lorsqu’on a conscience d’un nécessaire changement sans réussir à l’identifier…


L’accompagnement InMeOut :

personnalisé, bienveillant, expert et humain


L’agence InMeOut vous propose un accompagnement en douceur, qui vous met au centre de tout.


Votre accompagnement est personnalisé selon votre mode de vie.

La méthode qui vous est proposée est innovante puisqu’elle est complète : pour se retrouver, il faut parfois faire le tour de soi et prendre soin de soi, de son alimentation, de son corps, de son style (Soin, Alimentation, Activité et Style).

Votre accompagnement est détaillé et individualisé : à la fin de votre parcours, vous bénéficierez d’un ou plusieurs carnets synthétisant les diagnostics établis au cours de votre accompagnement et les soins conseillés, entre autres.

Votre coach est une experte. Amélie Latournald a plus de 20 ans d’expérience dans l’univers de l’image. Mannequin formée à la micronutrition, elle est également praticienne en PNL.

​Votre coach est une femme. Humanité, sororité, bienveillance, douceur et confidentialité sont les maîtres mots de l’accompagnement InMeOut.



Avec InMeOut, du découragement à la motivation, il n’y a qu’un pas – ou qu’un geste : contactez Amélie Latournald pour échanger en toute bienveillance et en toute transparence sur vos attentes, et ce qu’elle peut vous offrir en retour.

Pour un résultat 100 % vous. On vous le garantit.